::: Vous êtes là : AccueilEcologie au quotidienDéchets
   






Nous jettons en moyenne 360 kg/habitant français/an. Pour que l’écologie soit le maître mot d’un habitat, il faut veiller à ce que l’on jette.




Les déchets recyclables

Vous devez être équipé(e) d’une poubelle spécifique pour récupérer et recycler ce qui peut l’être, à savoir :

Le papier. En principe, il ne doit pas être mélangé aux produits recyclables mais être déposés dans un conteneur spécifique. Votre mairie doit pouvoir vous renseigner si vous ne connaissez pas son emplacement. Tous les papiers sont recyclables, les journaux, les magasines, les dessins ratés des enfants, les courriers indésirables, certains emballages en papier non compostables (le papier kraft est compostable)... Pour vos annuaires, retirez leur couverture que vous jetterez avec les déchets recyclables, retirez la bande de colle et mettez les feuilles à recycler. Les parties collantes des enveloppes ne doivent pas être jetées. Si vous le pouvez, découpez ces parties et jetez les avec vos déchets ménagers pour pouvoir mettre le reste avec les déchets "papier".

Le carton. Il est recyclable et doit être jeté avec les déchets recyclables dans la poubelle spécifique que vous a remis votre commune. En principe, les gros cartons doivent être apportés à la déchèterie de votre commune qui vous transmettra ses coordonnées au besoin. Le carton est aussi compostable mais en trop grande quantité il donnera un mauvais compost qui sera trop sec. Sont récupérés : les briques de jus de fruit, de lait…, les cartonnettes, les emballages en carton léger.

Le verre. Il est recyclable. Comme pour le papier, vous devez trouver le conteneur spécifique de votre commune et y mettre tous vos déchets en verre. Ces déchets doivent être rincés, leur bouchon ou couvercle retiré. N’oubliez pas d’y mettre aussi les objets cassés en faisant attention aux blessures !

Les boîtes de conserve. Elles sont recyclables si lavées. Elles contiennent de nombreux métaux difficilement séparables. Le mieux est encore d’en acheter le moins possible ou de les recycler directement (en pliant le rebord coupant vers l’intérieur, les boîtes de conserves se transforment en pot de fleur, pot à crayon, rangement divers… il suffit de les décorer ! Un petit trou percé au fond donne de bien pratiques pots pour jardiniers.

Le plastique. Les plastiques fin recouvrant les illustrés ou certains produits en grande surface ne sont pas recyclables, ils doivent être jetés avec vos déchets ménagers. En revanche, les bouteilles (jus de fruit, lait, entretien, cosmétique…) en plastiques, PET, PE sont recyclables. Pensez juste à les rincer et garder les bouchons à contact alimentaire pour l’association des paralysés de France (coordonnées à suivre…) pour permettre la construction de fauteuils roulants pour les enfants. A l’acaht, privilégiez aussi les plastiques recyclés.

L’aluminium. Il est recyclable si lavé. Le recyclage de l’aluminium permet de préserver les forêts tropicales où l’on extrait la bauxite.
Le textile. Les vêtements en bon état qui ne vous vont plus peuvent être donnés dans des associations. Certaines communes sont équipées de conteneur spécifique. Les vêtement en mauvais état peuvent être directement recyclé pour faire votre entretien et remplace naturellement le papier absorbant jetable.


Les déchets compostables

Le compost n’est pas réservé aux habitants de maison, même en appartement c’est possible, il suffit de contacter la mairie de votre domicile pour lui demander où se trouve le compostage municipal.
A la cuisine. Toutes les parties des fruits ou des légumes hormis les graines crues (pelures, restes non huileux, tous les restent cuits à la vapeur, le pain, les denrées céréalières périmées (farine, céréales etc qui ne germent pas), le marc de café (dans des filtres en fibre naturelle), les restes de tisanes infusées, les fleurs fanées (pas celles des fleuristes regorgeant des produits chimiques).
Au jardin. Tous les fruits ou légumes non consommables, les mauvaises herbes jeunes entières, les mauvaises herbes vivaces, le gazon tondu, les déchets végétaux coupés, les tailles d’arbre ou de haies coupées, voire broyées, les feuilles mortes, la sciure de bois, les plantes à repiquer.
A la maison. Journaux imprimés avec de l’encre non toxique, papier kraft, carton non imprimé (en petite quantité), emballage dits "compostables".
A exclure : graines (en cuisine ou au jardin avec des plantes montées en graines), viande, poisson, déjections d’animaux ou d’humains, cendres, papier glacé (revues, publicité), évitez d’y mettre des plantes malades même si la chaleur de décomposition élimine de nombreuses maladies végétales, les pelures d’agrumes qui ne se décomposent pas, les produits laitiers et toutes autres matières non vivantes (verre, métal, plastique etc…).


Les déchets ménagers

Les déchets ménagers sont constitués de matière organique, elle-même essentiellement composée de carbone. Ce carbone, lors d’une bonne combustion, réagit avec d’oxygène pour donner de l’eau, du gaz carbonique et de la chaleur. Le problème de ces déchets, c’est qu’ils ne contiennent pas tous exclusivement du carbone. En effet, nous ne jetons pas que des restent de repas préparé par vos soins. Les autres déchets sont issus de la technologie pétrolière.
Les composés azotés produisent des oxydes d’azote, des gaz toxiques précurseurs du mauvais ozone, des gaz à effet de serre et des pluies acides.
Les composés carbonés produisent : du monoxyde de carbone, gaz toxique et des gaz à effet de serre contribuant au réchauffement de notre planète et des HAP non chlorés (traduction : Polluants Organiques Persistants cancérigènes), gaz toxiques persistants et bioaccumulatifs.
Les composés chlorés produisent de l’acide chlorhydrique, des gaz toxiques et des pluies acides et des HAP chlorés (traduction : Polluants Organiques Persistants cancérigènes) comme des dioxines et les furanes, tous toxiques persistants et bioaccumulatifs.
Les composés fluorés produisent de l’acide fluorhydrique, des gaz toxiques et des pluies acides.
Les composés soufrés produisent du dioxyde de soufre, un gaz toxique et pluies acides.
Le gaz carbonique laisse passer les rayons solaires (UVA et UVB) mais empêche l’évacuation de la chaleur produite sur notre planète d’où l’augmentation de la température terrestre. Ces changements de climat sont une menace pour la Terre. Les inondations, dues à la montée du niveau des océans, seront de plus en plus nombreuses. Elles seront accompagnées d’un bouleversement sur la faune, la flore et, bien sur, sur l’Homme.


Les eaux usées domestiques

L’eau usée qui quitte notre domicile se différencie par l’eau de notre toilette, celle de le salle de bain, l’eau de notre cuisine, toutes deux chargées de détergenats, de graisses et de matières organique et celle de nos toilettes, chargée de nombreux germes. Une personne utilisant en moyenne 150 litres d’eau/jour produit :
environ 80 g de matières en suspension
environ 70 g de matières organiques
environ 16 g de matières azotées
environ 4 g de phosphore
plusieurs millions de milliards de germes.

Et toutes ces matières doivent subir de nombreux traitements pour pouvoir être finalement rejetées dans la Nature.

Il faut tout d’abord pré-traiter l’eau pour la débarrassée des grosses matières en suspension. Ensuite vient le premier traitement qui regroupe les procédés physiques ou physico-chimiques visant à éliminer par décantation une forte proportion de matières minérales ou organiques en suspension Ensuite vient un deuxième traitement qui recouvre les techniques d’élimination des matières polluantes solubles (carbone, azote, et phosphore). Ils constituent un premier niveau de traitement biologique. Ensuite vient un troisième traitement pour désinfecter et désodoriser. Il faut aussi tenir compte de la collecte de ces eaux et de leur évacuation.

Il est essentiel de limiter ces eaux usées et leur teneur en pollutants.
En évitant d’utiliser des produits non biodégradables et de se limiter à des produits d’entretien et de lavage 100% bio-dégradables à base de tensio-actifs végétaux. Les phosphates sont de véritables poisons pour le vie aquatique.
Ce que nous rejetons dans nos toilettes provient de notre alimentation, y compris médicamenteuse. N’abuser pas de médicaments synthétique, préférez une médication naturelle fesant appel aux plantes, aux minéraux et au bon sens !
Cela "coule" de source : ne laisser pas une fuite d’eau sans réparation !
Faites attention à ne pas tirer la chasse pour pas grand chose... Adaptez le débit à ce qu’il faut évacuer.
En diminuant la quantité d’eau utilisée : ne jamais faire couler inutilement de l’eau (par exemple pendant que l’on se savonne les mains ou frotte les dents).
En récupérant au maximum l’eau à l’aide de bassines pour la réutiliser. L’eau claire, même chargée de savon, s’il est biodégradable, peut être utilisée pour arroser les plantes, les arbres etc… L’eau chargée de détergeant et de matière organiques (après la vaisselle) peut être vidée dans les toilettes ce qui permet également de moins consommer.
En jetant les eaux de lavage ou de trempage des légumes, fruits, céréales… dans le compost.
Ne faites pas tourner de machine à laver si elles ne sont pas remplis au maximum.
En économisant sur la consommation. Eviter les bains, préférez la douche et ne prenez un bain qu’occasionnellement. Ne faites pas couler l’eau pour rincer la vaisselle mais coupez le robinet entre chaque couvert. Si vous êtes en maison individuelle, ne faites pas pousser du gazon dans votre jardin car il demande de fréquents arrosages à moins que vous puissiez puiser l’eau. Récupérez l’eau de pluie pour arroser les plantes et les arbres et pour laver des outils de jardinage. Limiter les plantes et fleurs gourmandes en eau et jardiner biologique, sans engrais et sans pesticides synthétiques.


Les déchets dangereux

Certains produits sont dangereux et ne doivent pas être jetés à la poubelle, notamment le cas des piles usagées. Vous devez les rapporter à votre commerçant ou les déposer dans une borne de collecte spécifique que vous trouverez facilement dans tous les supermarchés.



Attention : Les conseils, informations, recommandations, propriétés, indications, posologies, précautions d’emploi etc... ne sont fournis qu’à titre informatif. Nos conseils ne peuvent pas se substituer à l’avis de votre médecin. En aucun cas, les informations données sur Terre d’Olina ne constituent une prescription. Seul votre médecin peut vous poser un diagnostic précis et vous recommander l’utilisation d’un produit. Si tel n’est pas le cas, ne ne saurions être tenus pour responsables d’une prise inadaptée de produits ici proposés.

Toutes les informations et recettes de ce site appartiennent à Terre d’Olina et sont protégées par le droit intellectuel. Vous ne pouvez et ne devez en aucun cas copier tout ou partie de ces documents. Même une partie copiée et collée sur un autre site en mentionnant la source est interdite. Seuls les liens sont autorisés et ce, sans demande préalable.

::: 18 12 2018 : 16 56 54

Nombre de visites à ce jour :