::: Vous êtes là : AccueilCosmétiques MaisonTechniques
   






Sans devenir chimiste et transformer votre cuisine en véritable laboratoire de biologie naturelle, vous pouvez facilement préparer vos cosmétiques et soins "maison" en connaissant juste quelques règles "techniques" de base pour réussir toutes vos préparations.


Le bain-Marie


Le bain-Marie consiste à faire doucement chauffer, à basse température, des bases huileuses ou aquaeuses avec des mélanges de plantes ou de graines. Mettre la base (HV + plantes ou eau + plantes) dans une petite casserole rentrant dans une plus grosse. La plus grosse doit être remplie d’eau de façon à pouvoir y mettre la plus petite sans que cette dernière fasse déborder la première. Certaines préfèrerons utiliser un petit saladier résistant à la chaleur, à la place de la petite casserole, un peu plus haut que la grande casserole ce qui aura l’avantage de ne pas risquer que l’eau rentre par inadvertance dans la base mais l’inconvénient et ne pas avoir de manche et de risquer de se brûler...

En général, le bain-Marie dure entre 1 à 2 heures mais peut être plus court pour une décoction ou une infusion. Il permet de préparer un macérat huileux de plantes très rapidement puisqu’il faut habituellement laisser les plantes et la ou les HV au soleil pendant 1 mois ou moins en été.



Les macérats huileux


Les macérats huileux consistent à faire macérer des plantes, de préférence sèches, dans une ou plusieurs huiles végétales pour en extraire les principes actifs solubles dans l’huile. Pour cedla, il convient d’utiliser une chaleur douce, comme celle des rayons solaires. Il faut compter une vingtaine de grammes de plantes (feuilles, graines, écorses...) pour 50 ml d’huile(s) végétale(s) au total. En fonction du type de plantes utilisées, il en faudra + ou -, le but étant de les recouvrir totalement d’huile.

Pour commencer, il vous faut choisir un bocal en verre blanc (non teinté) du genre pot à confiture, vous le stérilisez et y déposez les plantes que vous recouvrez d’huile végétale. Ensuite, vous déposer votre précieux flacon sur le rebord d’une fenêtre en plein sud à l’abri du vent pour ne pas risquer qu’il tombe et se brise. Vous pouvez également le mettre en plein milieu de votre jardin, à terre mais il vous faudra veiller à ce que personne ne le renverse. Pensez à le remuer de temps en temps afin que toutes les parties végétales soient en contact avec le solvant, en l’occurance la ou les huiles végétale dans ce cas ! Au bout d’un mois voire 2 semaines en plein été, votre macérat est prêt à être filtré (cf. paragraphe suivant).

Pour celles qui ne disposent pas d’un ensoleillement suffisant, vous pouvez utiliser la méthode du bain-Marie qui à l’avantage d’être bien plus rapide ! Dans ce cas, laissez votre macérat dans un bain-Marie pendant 1 à 2 heures en fonction de l’épaisseur des plantes (l’écorse et les racines prendront plus de temps que des fleurs de mauve ou des pétales pour libérer tous ses principes actifs) et laisser ensuite reposer environ 24 heures et filtrez (cf. paragraphe suivant).


Extraction ou filtrage de macérat


L’extraction suit généralement la macération. Elle consiste à extraite tout le jus du macérat pour en récolter tous les principes actifs des végétaux mis à macérer.

Filtrer le macérat à l’aide d’une passoire à grilles fines recouverte d’un linge de coton non teinté ou naturellement teinté, du type mouchoir en coton très fin bien propre. Presser avec la paume des mains ou le bout des doigts parfaitempent propres. Lorsque plus rien ne coule, enrouler entre-eux les 4 coins du mouchoir et tordre au maximum pour extraire jusqu’à la dernière goutte. Réserver un mouchoir à cet usage exclusif car il ne retrouvera jamais son propre !


Stérilisation


Lorsque l’on prépare ses propres cosmétiques et soins, il est impératif d’adopter une hygiène irrérpochable, d’autant plus que vous n’utiliserez que des conservateurs naturels ! La stérilisation consiste à tremper dans de l’eau bouillante pendant quelques minutes les ustensiles pour tuer tous germes, bactéries, virus etc... pouvant alterrer vos préparations.

Remplir une casserole en inox ou en fonte ou pirex (évitez l’aluminium pour le danger qu’il représente) d’eau et la mettre à boullir sur feu fort sans jamais le baisser. Dès qu’elle bout, tremper jusqu’au fond de la casserole le bout de 2 spatules en bois pendant 30 secondes. Disposez délicatement à l’aide des spatules afin de ne pas vous bruler les pots, flacons, cuillères, éprouvettes... à stériliser, couvercles compris, le tout totalement immergé, pendant 2 minutes dès la reprise de l’ébulition, si toutefois celle-ci s’était interrompu à cause d’une grande quantité à stériliser. Pendant ce temps, après avoir soigneusement lavé votre plan de travail, disposez-y un torchon parfaitement propre sur lequel vous mettrer vos ustensiles sortis de l’eau à l’aide des spatules. Vous voilà à présent avec des pots, flacons, couvercles etc... parfaitement stériles prêts à recevoir vos précieuses préparations !


Emulsion


Cela consiste à faire fondre de la cire d’abeille et des beurres végétaux pour pouvoir les incorporer à des liquides huileux et/ou aqueux.

Crème/Baume



100 ml d’HV (une ou plusieurs en synergie de préférence dont 10 à 15 ml de germe de blé pour la conservation)
12,5 g de cire d’abeille
12,5 g de beurre de karité
10 ml de glycérine végétale
40 g d’eau florale ou d’infusion ou un mélange de liquides aqueux à hauteur de cette quantité
20 à 40 gtt d’EPP
HE



Mettre le beurre de karité et la cire d’abeille avec la ou les HV au bain-Marie (cf. ci-dessus) jusqu’à ce que la cire et le beurre soient fondus. Retirer alors du bain-Marie et rajouter tout doucement d’abord la glycérine, puis la phase aqueuse, exactement comme pour une mayonnaise, en fouettant les huiles, et ensuite le mélange huile/phase aqueuse jusqu’à ce que cela commence à se figer. Il est impératif d’utiliser des ustenciles stérilisés (fouet, pots etc...). Il existe des "mousseurs" à lait, sortes de petits appareils électriques à plonger dans du lait chaud pour le faire mousser, qui sont parfaits pour faire prendre les émultions "maison" ! Sinon, un simple petit fouet fera très bien l’affaire. Lorsque le mélange commence à refroidir, il va se figer et c’est à ce moment qu’il vous faut rajouter l’EPP et les HE de façon à les préserver au maximum de la chaleur qui, rappelons-le, détruit leurs principes actifs. Il est donc important de ne rajouter les HE qu’au dernier moment, lorsque l’émultion a refroidi. L’EPP peut être rajoutée plus tôt puisque’elle ne craind pas la chaleur modérée ! Il ne vous reste plus qu’à transvaser votre préparation dans de jolis flacons stérilisés à l’aide d’une cuillère stérilisée. Pensez ensuite à vous servir avec les doigts bien propres, refermer votre flacon après usage et réfrigérer de suite afin de préserver au maximum la durée de vie de votre crème !

Il est souhaitable de conserver cette préparation au réfrigérateur

Baume à lèvre



15 ml d’huile d’amande douce, de noisette ou d’olive
5 g de cire d’abeille
2 ml (1/2 cc) de beurre de cacao
1 à 2 cc de jus de betterave
5 gtt d’EPP
1 gtt d’HE "gouteuse" (la menthe convient parfaitement)



Mettre la cire d’abeille avec l’HV au bain-Marie (cf. ci-dessus) jusqu’à ce que la cire soit fondue. Retirer alors du bain-Marie et rajouter tout doucement d’abord la glycérine, puis le jus de betterave préalablement bouilli pour ôter tout germe indésirable puis refroidi, exactement comme pour une mayonnaise. Ajouter du jus jusqu’à obtenir la teinte souhaitée et fouettez jusqu’à ce que le mélange commence à se figer. Il est impératif d’utiliser des ustenciles stérilisés (fouet, pots etc...). Lorsque c’est pris, rajouter l’EPP et les HE. Il ne vous reste plus qu’à transvaser votre préparation dans un joli petit pot stérilisé, à l’aide d’une cuillère stérilisée ou parfaitement propre. Pour pouvoir être utiliser comme stick à lèvre, ne mettre que 5 ml d’huile d’amande douce et seulement 1/2 cc de jus de betterave. Faites prendre forme à votre préparation à l’aide de papier cellophane ou sulfurisé avant de l’incérer dans un stick à lèvre tube. A conserver loin de source de chaleur.

Lait



40 ml d’eau florale
45 ml d’huile végétale (HV)
5 ml d’huile de germe de blé
5 ml de glycérine végétale
4 g de beurre de karité (ou moitié karité, moitié cire d’abeille)
HE
10 gtt d’EPP




Mettre le beurre de karité, éventuellement avec la cire d’abeille, au bain-Marie avec les HV jusqu’à ce que la cire et le karité soient fondus. Retirer alors du bain-Marie et rajouter, en fouettant la glycérine, puis l’eau florale, exactement comme pour une mayonnaise. Il est impératif d’utiliser des ustenciles stérilisés (fouet, pots etc...). Lorsque c’est presque prêt, rajouter l’EPP et les HE. Il ne vous reste plus qu’à transvaser votre préparation dans un flacon pompe en verre teinté. Si le mélange se sépare, secouez énergiquement. Conservez de préférence au réfrigérateur. L’eau florale, la ou les HV et les HE seront choisies en fonction de l’effet recherché. Vous pouvez également préparer une infusion et l’utilisez à la place de l’eau florale mais la conservation semble plus hasardeuse. Il est préférable, dans ce cas, de préparer une petite quantité.





Fabriquer son savon liquide




20 g de savon pur
2 g de glycérine végétale
300 ml d’eau de source
30 gtt d’EPP



Râpez du savon pur 100% biodégradable ou utilisez des paillettes de savon d’Alep pour une version Alep liquide. Mettre l’eau à bouillir, rajoutez le savon rapé ou les paillettes d’Alep, remuez et laisser fondre quelques minutes. Rajoutez la glycérine et l’EPP et transvasez dans un flacon propre. Laissez refroidir et posez un bouchon pompe. Il vous faut attendre au moins une journée pour que la texture définitive apparaisse. Secouer énergiquement et vous voici avec un savon liquide prêt à l’emploi. Vous pouvez l’utiliser comme base lavante pour cheveux, corps, entretien maison... Si vous râpez du savon d’Alep, vous pouvez aussi laver bébés et enfants. Vous pouvez même remplacer la base aqueuse par une infusion de plantes adaptée à la nature de votre peau ou de vos cheveux, ce savon n’en sera que plus efficace. Il se peut qu’il fasse un dépôt au fond du flacon, dans ce cas, il suffit de secouer énergiquement la bouteille pour refaire l’émultion, ce dépôt est tout à fait normal et n’affecte en rien votre produit qui pourra se conserver longtemps.

cs : cuillère à soupe (1 cs = 15 ml) ; cc : cuillère à café (1 cc = 4 ml) ; gtt : goutte ; HE : huile essentielle ; HV : huile végétale ; EPP : extrait de pépin de pamplemousse

Attention : Les conseils, informations, recommandations, propriétés, indications, posologies, précautions d’emploi etc... ne sont fournis qu’à titre informatif. Nos conseils ne peuvent pas se substituer à l’avis de votre médecin. En aucun cas, les informations données sur Terre d’Olina ne constituent une prescription. Seul votre médecin peut vous poser un diagnostic précis et vous recommander l’utilisation d’un produit. Si tel n’est pas le cas, ne ne saurions être tenus pour responsables d’une prise inadaptée de produits ici proposés.

Toutes les informations et recettes de ce site appartiennent à Terre d’Olina et sont protégées par le droit intellectuel. Vous ne pouvez et ne devez en aucun cas copier tout ou partie de ces documents. Même une partie copiée et collée sur un autre site en mentionnant la source est interdite. Seuls les liens sont autorisés et ce, sans demande préalable.

::: 18 12 2018 : 16 01 56

Nombre de visites à ce jour :