::: Vous êtes là : AccueilMédecines alternativesPhytothérapie
   







Liste de quelques plantes décrites en détail


La phytothérapie est la médecine qui consiste à traiter les maladies avec les plantes, éthymologiquement : « phyto » = plante + « thérapie » = soigner.

Pourquoi choisir des plantes et non des médicaments de synthèse pour se soigner ? Parce que la prise de médicaments issus de la chimie est suivie d’effets secondaires plus ou moins graves. De plus, les propriétés des plantes empiriquement utilisées depuis des millénaires sont maintenant scientifiquement expliquées. Mise à part les plantes toxiques, la phytothérapie ne provoque que très rarement des effets secondaires mais ceux-ci ont la particularités de n’être jamais réversibles.


Les fruits, racines, feuilles, fleurs, plantes… ont d’abord été consommés pour leurs qualités nutritives et gustatives puis leurs propriétés curatives ont été reconnues. Les plantes ont toujours fait partie de la vie des hommes. Les premiers écrits retrouvés recensant les espèces de plantes date de 3000 ans avant Jésus-Christ. Après de nombreuses études scientifiques sur l’efficacité de la phytothérapie, elle a finalement été reconnue officiellement comme médecine en 1980 par la ministère de la santé.

Sous quelles formes ?

Gélules

Elles sont le résultat du broyage de la plante séchée. Cette action se déroule avec une élévation de la température ce qui fait perdre à la plante quelques vitamines et flavonoïdes. Les gélules peuvent également être cryobroyées c’est-à-dire broyées par 196°C sous azote liquide. Cette action modifie la structure aqueuse de la plante et par la même ses propriétés. Par contre, la biodisponibilité des principes actif est conservée. Les gélules sont certes pratiques, mais ne garantie pas de retrouver l’intégralité des propriétés de la plante initiale. Malgrè ces inconvénients, les gélules sont de bons remèdes si leur prise s’accompagne d’un réhydratation, c’est-à-dire d’un moins 150 ml d’eau par prise.
Dosages : se référer aux prescriptions ou aux recommandations figurant sur l’emballage.

Teinture-mère

Elle est le résultat d’une mise en solution double de la plante fraîche : dans l’eau et dans l’alcool. Cette technique permet de récupérer les principes actifs solubles dans les 2 solvants. L’énergie même de la plante est récupérée si elle est mise en solution rapidement après sa récolte. La quantité d’alcool contenue dans une teinture-mère ™ ne permet pas l’utilisation chez de jeunes enfants. Ces teintures entrent dans la fabrication des remèdes homéopathiques.
Dosages : de 10 à 30 gouttes dans 1 verre d’eau 2 à 3 fois par jour.

Macérat glycériné

Il s’agit d’une branche de la phytothérapie : la gemmothérapie. Les extraits sont préparés avec des bourgeons, de toutes jeunes feuilles, des radicelles, des semences, de l’écorce et/ou des brindilles. Ces tissus embryonnaires, récoltés frais, sont mélangés à de l’alcool, de la glycérine végétale et de l’eau pour donner des solutions, renfermant les principes actifs, nommées macérats-mère. Pour en savoir plus sur la gemmothérapie
Dosages : entre 5 et 15 gouttes par prise dans un peu d’eau 1 à 3 fois par jour avant les repas.

Distillat (ou eau florale ou hydrolat)

Lors de l’extraction de l’HE (huile essentielle) d’une plante aromatique par distillation à la vapeur d’eau, l’eau extraite est chargée d’arômes, on appelle ce liquide le distillat ou hydrolat ou eau florale. Les eaux florales sont parfaitement adapté aux jeunes enfants puisque assez faiblement dosées. Même si les distillats sont des sous-produits de la distillation de plante, ils n’en restent pas moins efficaces car ils contiennent jusqu’à 5% d’HE. Petite précision : l’hydrosol est le résultat de la macération d’HE et d’eau pendant environ un mois. A noter que les hydrolats sont très largement utilisés en cosmétiques. Il est impératif d’utiliser des hydrolats purs, non rectifiés et ne contenant aucun additif. La mention AB est gage de qualité.
Dosages : de 1 à 3 cc/jour pour un enfant et de 1 à 3 cs/jour pour un adulte.

Cataplasme

Tout simplement, il consiste à écraser un végétal fraîchement cueillis et à le déposer dans un linge fin (de type gaze ou mousseline) et à l’appliquer directement à l’endroit désiré.

Extraits

Pour préparer un extrait qu’il soit sec, fluide, mou..., il faut d’abord faire infuser ou macérer un végétal dans de l’eau, voire un mélange d’eau et d’alcool. Ensuite, cette infusion ou décoction sera mis à évaporer jusqu’à obtenir la concentration désirée.
Extrait fluide : extrait concentré à 1 part de substances végétales pour une part de solution (eau ou eau + alcool).
Extrait mou : extrait fluide mis à évaporer jusqu’à optenir une sorte de sirop de la consistance du miel.
Extrait sec : extraot fluide pis totalement à évaporer et réduit en poudre.

Macération

Une macération consiste à laisser en contact pendant un temps plus ou moins longtemps des végétaux avec une huile végétale (ou plusieurs) ou de l’alcool (ou du vin) ou même de l’eau. Les macérations sont le plus souvent exposées à une douce chaleur (au soleil par exemple) puis filtrées.

Alcoolature

Une alcoolature est un mélange à part égale d’un végétal et d’alcool mis à macérer. Ils se conservent assez mal mais permettent d’extraire des principes actifs ne supportant pas la chaleur, même modérée.

Sirop

C’est un mélange de sucre (sucre raffiné, roux, miel etc…) et de décoction ou d’infusion ou d’eau et d’extrait de plante.

Tisanes

Les tisanes, décoctions et infusions sont les préparations qui permettent de conserver un maximum les propriétés d’un végétal. Préparer sa propre tisane à base de plante sèche ne demande aucune transformation autre que le séchage après récolte. Ce sont les préparations qui ne nécessitent pas l’emploi d’énergie inutile, c’est donc, en plus d’être efficace, la forme la plus écologique de préparation à base de plante.
Infusion : consiste à laisser une partie d’un végétal (en général 1 cc –cuillère à café- pour 200 ml) dans de l’eau (de source ou filtrée) bouillante pendant un temps qui dépend de la plante, de la partie utilisée, de 3 à 20 minutes.
Décoction : consiste à mettre un végétal dans de l’eau froide et à porter le tout à ébullition pendant quelques minutes. Cette technique est plutôt réservée aux parties fibreuses ou dures des végétaux (racines, rhizomes, aubier).

Culture

Il est évident que la méthode de culture de la plante doit être sauvage, sur un site dépourvu de toute polution, ou issue de l’Agriculture Biologique.

Même si les végétaux sont, par nature, naturels, ils ne sont pas totalement inoffensifs, notamment pour les femmes enceintes, allaitantes ou les jeunes enfants pour qui la rigueur est de mise.



Pour consulter en détail la fiche d’une huile essentielle, il vous suffit de cliquer sur son nom ci-dessous :


Anis Bouillon Blanc Camomille Eucalyptus Fenouil Lapacho

Lavande Maté Mauve Mélisse Menthe douce Menthe poivrée

Ortie Prêle Réglisse Romarin Sauge Soucis

Thym Tilleul Aubier Tilleul Fleurs


cs : cuillère à soupe (1 cs = 15 ml) ; cc : cuillère à café (1 cc = 4 ml) ; gtt : goutte ; HE : huile essentielle ; HV : huile végétale ; EPP : extrait de pépin de pamplemousse

Attention : Les conseils, informations, recommandations, propriétés, indications, posologies, précautions d’emploi etc... ne sont fournis qu’à titre informatif. Nos conseils ne peuvent pas se substituer à l’avis de votre médecin. En aucun cas, les informations données sur Terre d’Olina ne constituent une prescription. Seul votre médecin peut vous poser un diagnostic précis et vous recommander l’utilisation d’un produit. Si tel n’est pas le cas, ne ne saurions être tenus pour responsables d’une prise inadaptée de produits ici proposés.

Toutes les informations et recettes de ce site appartiennent à Terre d’Olina et sont protégées par le droit intellectuel. Vous ne pouvez et ne devez en aucun cas copier tout ou partie de ces documents. Même une partie copiée et collée sur un autre site en mentionnant la source est interdite. Seuls les liens sont autorisés et ce, sans demande préalable.

::: 18 12 2018 : 15 40 19

Nombre de visites à ce jour :